Recrudescence des prises de risque et des MST parmi les gays

Résultats préliminaires de l'Enquête Presse Gay 2000


Télécharger le rapport au format Acrobat (546 Ko)

Télécharger la couverture du rapport au format Acrobat (148 Ko)



Menée auprès de 4753 répondants, l'Enquête presse gay 2000 avait pour objectif de dresser un état de la prévention parmi les homsexuels masculins vivant en France. Bien que la plupart des répondants continuent à gérer efficacement la prévention, des évolutions très nettes - il s'agit des premières observées depuis 1985 - apparaissent dans les comportements préventifs. Par rapport à la situation observée lors de l'enquête 1997, l'utilisation du préservatif pour la pénétration s'est faite, en 2000, moins fréquente dans les couples, en particulier séroconcordants négatifs et, par ailleurs, sérodifférents. De surcroît, la baisse de la prévention est la plus nette avec les partenaires occasionnels.
Bien que visible sur tout le territoire et dans de nombreux groupes, le relâchement de la prévention avec les partenaires occasionnels apparaît le plus important chez Franciliens, chez les jeunes, les multi-partenaires et, plus encore, parmi les gays séropositifs.
Des évolutions nettes s'observent également dans la fréquence des prises de risque : entre 1997 et 2000, les déclarations de pénétration non protégées isolées ont peu évolué à la différence des déclarations d'expositions répétées (voire régulières) au risque. Certains gays semblent s'être progressivement habitués à des expositions au risque répétées et être passés, au fil du temps, de prises de risque ponctuelles (ou accidentelles) à des expositions plus fréquentes. Ce phénomène de banalisation des comportements de non protection pourrait entraîner des conséquences importantes en termes de dynamique de l'épidémie de VIH/Sida comme le suggère la recrudescence des MST également observée.
Des facteurs comme le jeune âge, un nombre de partenaires élevé, la séropositivité, etc. rendent plus complexes la gestion des risques mais il faut également considérer d'autres influences. Les dépressions sont fréquentes parmi les gays. Au cours des dernières années, la culture et les pratiques sexuelles des gays se sont modifiées de même que, sous l'effet des nouveaux traitements, leurs perceptions du risque de transmission du VIH.
Les connaissances apportées sur ces divers changements permettent de formuler des pistes pour orienter la prévention.


The aim of the 2000 Gay Press Survey, conducted among 4573 respondents, was to better assess prevention among gay men living in France. Although most of the respondents still manage prevention efficiently, some very clear changes - the first ones observed since 1985 - have occurred in prevention behaviour. Compared to the situation that was observed in 1997, when the last survey was conducted, the use of condoms during anal sex has become less frequent for couples, in particular among the HIV negative seroconcordant ones as well as serodiscordant ones. Moreover, decrease in prevention is strongest with casual partners.
Although apparent in all of France and in many groups, decrease in prevention with casual partners is strongest for those living in the Paris Region, among young people, men who have multiple partners and, most notably, among HIV positive gay men.
A clear evolution is also observed as to the frequency of risk-taking behaviour. From 1997 to 2000, declarations of infrequent unprotected anal intercourse have not progressed significantly. On the other hand, declarations of repeated exposure to risk (or even regular exposure to risk) have significantly increased. Some gay men seem to have become progressively used to repeated risk taking and to have progressed from sporadic or accidental risk taking to more frequent exposures. This banalization of unprotected behaviours could have an important impact on the dynamic of the HIV/AIDS epidemic as suggested by the simultaneous increase of STD'S.
Factors such as being young, having a high number of partners, being HIV positive, etc., make the management of HIV risks more difficult but other influences must also be considered. Depression is frequent among gay men. Over the past few years, both gay culture and gay sexual behaviour have evolved. Gay men's perception of HIV related risk has also been influenced by the availability of new treatments.
Data produced on these recent changes make possible suggestions to improve prevention.


ISBN : 2-11-092688-0
Prix : 59,50 F - 9,05 Euros

InVS Unité Maladies Infectieuses
12, rue du Val d ’Osne - 94415 Saint - Maurice cedex
Tél : 01 41 79 67 00 - Fax : 01 41 79 67 67 - http://www.invs.sante.fr

 

 

Télécharger Acrobat Reader

Page précédente


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 7 novembre 2001
CONTACTS Contactez l'InVS