Enquête sur les infections congénitales à cytomégalovirus détectées pendant la grossesse ou à la naissance en France métropolitaine

 


Télécharger le rapport au format Acrobat (pdf - 2,1 Mo)


L’importance des infections maternelles et congénitales à CMV est peu documentée en France. Entre novembre 2004 et janvier 2005, une enquête nationale prospective a été conduite afin d’estimer l’incidence des infections maternelles à CMV et des infections transmises au foetus et détectées pendant la grossesse ou à la naissance. Elle visait également à décrire les contextes clinique et biologique qui ont conduit les cliniciens à réaliser la recherche de l’infection à CMV.
En 2003, une première enquête avait montré que la mesure de l’index d’avidité des IgG était réalisée chez 98 % des femmes enceintes chez lesquelles étaient détectées des IgM spécifiques, en vue de mieux dater la primo-infection. Tous les laboratoires réalisant les tests d’avidité ou la recherche directe du virus en France ont fourni des données agrégées sur les diagnostics d’infections à CMV posés chez des femmes enceintes, les foetus ou les nouveau-nés au cours de la période d’étude. Une notification systématique des cas était faite par un sous-échantillon de laboratoires puis les données démographiques et cliniques étaient collectées auprès des cliniciens. Afin d’estimer l’incidence annuelle, nous avons pris en compte les nouveaux cas diagnostiqués et notifiés par les laboratoires du sous échantillon et la proportion de ces cas sur l’ensemble des diagnostics posés en France.
Un total de 75 infections congénitales ont été identifiées à travers les notifications des laboratoires. Parmi elles, 21 étaient symptomatiques (8 confirmées à l’examen anatomopathologique et 13 par l’examen clinique des nouveau-nés) et des anomalies échographiques ont été détectées pendant la grossesse pour 70 % de ces cas. Le nombre annuel d’infections congénitales détectées pendant la grossesse ou à la naissance a été estimé à 277 [IC 95 % : 204-349]. Parmi ces cas, 30 [IC 95 % : 23-37] ont conduit à des interruptions de grossesse avec examen anatomopathologique anormal et 46 [IC 95 % : 33-59] à la naissance d’enfants symptomatiques ce qui correspond à un taux d’incidence de 6 nouveau-nés atteints pour 100 000 naissances vivantes [IC 95 % : 4-8]. Sur la période d’étude, 110 primo-infections maternelles (PIM) ont été identifiées, la plupart d’entre elles (73 %) suite à un dépistage sérologique systématique. Le nombre annuel des PIM diagnostiquées en France a été estimé à 545 [IC 95 % : 490-600].
L’enquête a mis en évidence une diversité des pratiques dans le suivi des PIM et la pratique de l’amniocentèse. Cependant nos résultats permettent d’estimer que la plupart des infections congénitales symptomatiques sont détectées en France pendant la grossesse ou à la naissance. Les données de l’enquête, avec des données complémentaires sur le suivi des nouveau-nés infectés seraient utiles pour compléter l’analyse de l’intérêt du dépistage maternel et/ou néonatal systématique en France.


Survey on congenital cytomegalovirus infections detected during pregnancy or at birth in metropolitan France

The disease burden of maternal and congenital CMV infection is scarcely documented in France. From November 2004 to January 2005, a national prospective laboratory based study was undertaken to estimate the incidence of CMV maternal infections and infections acquired by foetuses and diagnosed during pregnancy or at birth and to describe clinical or biological features that led the clinicians to request CMV testing.
In 2003, a preliminary study showed that IgG avidity index testing is performed in 98% of pregnant women with positive CMV IgM, in order to date the primary infection. All French laboratories performing IgG avidity and/or virus detection were asked to provide aggregated data on results indicating a CMV infection in pregnant women, foetuses or neonates during the study period. Case-based notifications were done by a sub-sample of laboratories and demographic and clinical data were secondarily collected from clinicians. For annual incidence estimation, we took into account the number of cases newly diagnosed and captured by the sub-sample of laboratories, and the proportion of these cases among the overall number of diagnoses performed in France. Seventy five congenital infections were identified through the laboratoriy notifications. Twenty-one cases were symptomatic (8 confirmed by foetal pathologic examination and 13 by clinical symptoms in neonates) and ultrasound abnormalities were detected during pregnancy in 70% of these cases. The annual incidence of congenital infections diagnosed during pregnancy or at birth was estimated at 277 cases [CI 95%:204-349]. Among them 30 [CI 95%:23-37] led to pregnancy terminations with pathologic examinations and 46 [CI 95%:33-59] to symptomatic CMV infected newborns at risk of sequelae corresponding to an incidence rate of 6 per 100 000 live births [CI 95%:4-8]. A total of 110 primary maternal infections were identified. Most of them (73%) were diagnosed through a systematic maternal screening. The annual incidence of primary maternal infections diagnosed during pregnancy was estimated at 545 cases [CI 95%:490-600].
The study underlined a diversity of the practices regarding maternal infection follow-up and antenatal diagnosis. However, our results allow estimating that most of the symptomatic CMV congenital infections that occur in France are diagnosed during pregnancy or at birth. These data, with additional data on clinical follow up of infected newborns would be useful to complete the analysis of the relevance of systematic screening in pregnant women and/or newborns in France.

 

 

TÚlÚcharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 20 décembre 2007

CONTACTS Contactez l'InVS