Prévalence des hépatites B et C en France en 2004

Prevalence of hepatitis B and Hepatitis C in France, 2004


Télécharger le rapport au format Acrobat Reader (pdf 2,7 Mo)



En France, les données de prévalence des marqueurs d'infection dues aux virus des hépatites B et C dataient des années 90. Afin d'actualiser les estimations de la prévalence de ces deux infections, une enquête transversale a été conduite en 2004 chez les résidents de France métropolitaine. Un plan de sondage complexe a été utilisé. L'enquête a inclus 14416 sujets et des données démographiques, professionnelles, comportementales et de risque d'exposition au VHC ou au VHB ont été recueillies. Les marqueurs sériques suivants ont été recherchés : anticorps anti-VHC, ARN-VHC, anticorps anti-HBc et antigène HBs. L'analyse a utilisé le logiciel SUDAAN®. Les résultats sont des estimations redressées concernant la population de France métropolitaine de 18 à 80 ans. La prévalence des anticorps anti-VHC était de 0,84 % (IC95 % : 0,65-1,10), correspondant à 367 055 personnes (IC95 % : 269 361-464 750). Parmi les personnes anti-VHC positif, 57 % (IC95 % : 43-71) connaissaient cette séropositivité et 65 % (IC95 % : 50-78) étaient ARN-VHC positives, estimant ainsi que 221 386 personnes (IC95 % : 158 909-283 862) avaient une hépatite C chronique. Les facteurs indépendamment associés à la présence d'anticorps anti-VHC étaient : l'usage de drogues par voie intraveineuse, par voie nasale, une transfusion de sang avant 1992, un tatouage, le fait d'être âgé de plus de 29 ans, en situation précaire et d'être né dans un pays de moyenne ou forte endémie pour le VHC. La prévalence de l'antigène HBs était de 0,65 % (IC95 % : 0,45-0,93), correspondant à 280 821 personnes (IC95 % : 179 730-
381 913). Parmi ces personnes, 45 % (IC95 % : 23-69) connaissaient cette positivité. Les facteurs indépendamment associés à la positivité des anticorps anti-HBc étaient : l'usage de drogues par voie intraveineuse, l'homosexualité, la précarité, un niveau d'éducation inférieur au baccalauréat, un séjour d'au moins trois mois en institutions, un pays de naissance de moyenne ou forte endémie pour le VHB, le fait de résider dans la moitié Est de la France, d'être un homme et âgé de plus de 29 ans. En 2004, la prévalence des anticorps anti-VHC est du même ordre qu'en 1994. La prévalence du portage de l'antigène HBs est supérieure aux résultats antérieurs. Le dépistage de ces deux infections doit être renforcé et ciblé sur les populations les plus à risque.


In France, prevalence estimates of hepatitis B and hepatitis C infection markers were obtained in the 90s. In order to get accurate estimates and to monitor the prevalence of these infections, a cross-sectional survey was conducted in 2004 among French metropolitan residents. A complex design was used. The survey included 14,416 participants and information was collected on demographic, occupational, behavioural characteristics and history of nosocomial exposure. Serum samples were tested for antibody to HCV (anti-HCV), HCV RNA, anti-HBc antibodies and for HBs antigen (HBsAg). Data were analysed with SUDAAN® software. Results are weighted estimates for the French metropolitan population between 18 and 80 years-old. The overall prevalence of anti-HCV was 0.84% (95%CI: 0.65-1.10), corresponding to 367,055 persons nationwide (95%CI: 269,361-464,750). Among the anti- HCV positive persons, 57% (95%CI:43-71) knew their sero-status and 65% (95%CI:50-78) were positive for HCV RNA, indicating that 221,386 persons (95%CI:158,909-283,862) were chronically infected. In multivariate analysis, factors associated with anti-HCV seropositivity were: IV drug use, nasal drug use, blood transfusion prior to 1992, tattoo, age over 29, social deprivation, birth-continent where anti-HCV prevalence is over 2.5%. The HBsAg prevalence was 0.65% (95%CI: 0.45-0.93) corresponding to 280,821 chronic carriers (95%CI:179,730-381,913). Among these, 45% (95%CI:23-69) knew they were HBsAg seropositive. In multivariate analysis, factors associated with seropositivity for anti-HBc were: IV drug use, homosexuality, social deprivation, below 12 years of education, stays of at least 3 months in institutions, highly endemic birth-continent (HBsAg prevalence > 2%), residence region, male gender and age over 29. In 2004, the anti-HCV prevalence is close to the 90s estimates whereas HBsAg prevalence is higher than the previous estimates. Current screening policy should be sustained and targeted to high risk groups.

 

 

TÚlÚcharger Acrobat Reader

Page précédente

 


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 18 décembre 2006
Mise à jour le 12 mars 2007

CONTACTS Contactez l'InVS