Surveillance épidémiologique du paludisme en Guyane


Télécharger le rapport au format Acrobat Reader (pdf 1,4 Mo)



La Guyane est le seul département français (avec la communauté territoriale de Mayotte) où le paludisme est présent à l’état endémique. Plus de 97 % des contaminations surviennent dans la zone de transmission permanente, située le long des fleuves frontières avec le Surinam et le Brésil, ainsi que dans les communes de l’intérieur du département. L’incidence annuelle y varie entre 80 et 300 cas pour 1 000 habitants selon les années et les communes concernées. Dans la zone littorale, la transmission du paludisme reste sporadique.

L’objectif de ce rapport est d’établir un état des lieux du système actuel de surveillance du paludisme en Guyane et de faire des propositions pour améliorer ce système. Il s’appuie sur les conclusions d’une mission d’évaluation réalisée en novembre 2003 par la Cire Antilles-Guyane et le Département international et tropical de l’InVS et sur une série de consultations menées courant 2004 avec les différents acteurs du système de surveillance. Ces consultations ont permis d’élaborer de manière conjointe les propositions et les recommandations.

Seul le système de surveillance du paludisme existant en zone littorale est véritablement orienté vers l’alerte et la réponse. En zone de transmission permanente, la complexité des circuits de validation des examens parasitologiques et les délais importants de transmission et de traitement de l’information font que les données de surveillance sont très peu utilisées pour l’orientation des actions de lutte antipaludique. Les définitions de cas utilisées sont très spécifiques, mais peu sensibles. L’incidence élevée du paludisme autochtone rend le dispositif réglementaire de notification obligatoire impossible à appliquer en Guyane. Enfin, les résultats de la surveillance des chimiorésistances, uniquement basés sur des tests in vitro effectués sur des é chantillons dont la représentativité n’est pas assurée, sont difficiles à extrapoler.

Les principales propositions du rapport comportent la révision des définitions de cas, la simplification des circuits de transmission de l’information et la centralisation de son traitement, l’intégration de la surveillance du paludisme dans un dispositif pérenne de surveillance des maladies infectieuses prioritaires en Guyane et enfin, l’amélioration du suivi de la résistance aux traitements antipaludiques.


French Guyana is the only French territory (with Mayotte) where malaria is endemic. More than 97% of the contaminations occur in the area of permanent transmission, along the rivers bordering Surinam and Brazil; as well as in inland villages. The annual incidence by administrative localisation (communes) varies between 80 and 300 cases for 1 000 inhabitants. Along the costal area, the transmission of malaria remains sporadic.

The objective of this report is to evaluate the surveillance of malaria in French Guyana and to propose improvement of the surveillance system. It is based on the conclusions of a mission of evaluation carried out in November 2003 by the Cire Antilles-Guyane and the International & Tropical Department of InVS and on a series of consultations with the various actors of the surveillance system held during 2004.

Malaria surveillance system is currently organised for alert and control only in the costal area. In the area of permanent transmission, the lack of timeliness for data transmission and processing hamper the usefulness of the system with regards to malaria control activities. The case definitions are very specific, but not very sensitive. The high incidence of indigenous malaria makes mandatory notification impossible to apply in French Guyana. Finally, the results of drug resistance monitoring, only based on “in-vitro tests” and no representative samples, are difficult to extrapolate.

Main recommendations include the revision of case definitions, the simplification of data flow and the centralization of data processing, the integration of malaria within an infectious diseases surveillance system monitored by a unit of epidemiology and the improvement of the monitoring of antimalarial drug resistance.

 

TÚlÚcharger Acrobat Reader

Page précédente


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 15 mars 2006

CONTACTS Contactez l'InVS