Communiqué de Presse - 8 septembre 2000

Point sur le virus du Nil Occidental (West Nile virus)

 

Origine

Le Virus du Nil est un virus que l’on trouve habituellement en Afrique, dans l’Ouest de l’Asie et au Moyen Orient. Son nom vient d’Egypte et les oiseaux migrateurs en constituent le réservoir.

Au cours de l’été 1999, le virus a été repéré aux Etats-Unis où 61 cas et 7 déces sont survenus dans la région de New York. Il semble avoir été importé du Moyen Orient.


Mode de transmission

Le virus ne peut être transmis à l’homme ou à l’animal (cheval, volaille, oiseaux sauvages…) que par l’intermédiaire d’une piqûre d’un moustique qui a au préalable été infecté en piquant un animal infecté.

L’infection n’est pas transmissible d’homme à homme.

Chez l’homme, la période d’incubation (temps entre piqûre et premiers symptômes) est en général de 5 à 15 jours.

Suite à la transmission à l’homme par un moustique infecté, le virus se multiplie dans le système sanguin de la personne.


Symptômes

Le tableau clinique est proche de celui de la grippe (fièvre, courbatures, maux de tête) associé souvent à une éruption cutanée. Dans certains cas, en particulier chez les personnes âgées ou immuno-déprimées, le virus peut atteindre le cerveau et provoquer des signes neurologiques graves.

L’issue peut être mortelle pour 3 à 15% des personnes présentant des troubles neurologiques.


Traitement

Il n’existe pas de traitements spécifiques ni de vaccins contre ce virus. Les traitements visent uniquement à atténuer les symptômes de la maladie


Zones à risque

Dans les zones tempérées, les cas d’encéphalites dus à ce virus se produisent en fin d’été ou au début de l’automne. Dans les régions ou le climat est plus doux, le virus est susceptible d’être transmis tout au long de l’année.

En France, la première épidémie humaine décrite a eu lieu en 1962 dans le sud avec 50 cas d’encéphalites dont 10 cas sévères. Entre 1975 et 1980 des cas humains ont été identifiés de façon sporadique en Camargue et en Corse.


Prévention

Au niveau individuel, les moyens de prévention traditionnels contre les moustiques sont valables : moustiquaire, insecticide, crème anti-moustique… Le port de vêtements couvrants protège également.

Il est recommandé d’éviter tout contact à mains nues avec des animaux morts.

Au niveau collectif, la désinsectisation par voie aérienne est le seul moyen d’éliminer les moustiques et les larves.

 

Contact :
InVS / Cellule de Communication – Service des Relations avec la Presse
Laetitia G. Benadiba : 01-41-79-67-08

 

 

Page précédente


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 8 septembre 2000
CONTACTS Contactez l'InVS