Cas groupés d’infections à E. coli O157:H7,
Sud-Ouest de la France , octobre novembre 2005

Point final au 13 janvier 2006


Au total 69 personnes avec une infection à Escherichia coli O157:H7 liée à la consommation de steaks hachés Chantegril® ont été identifiées entre le 5 octobre et le 3 novembre (figure 1).

L’absence de nouveaux cas identifiés depuis le 4 novembre indique que les mesures de contrôle mises en oeuvre (retrait et rappel des lots de steak contaminés) le 31 octobre ont été efficaces et que cette épidémie est contrôlée.

Dix-huit personnes ont présenté un syndrome hémolytique et urémique (SHU), 32 des diarrhées sanglantes et 19 des diarrhées non sanglantes avec infection à E. coli O157:H7 confirmée.
La moitié des patients (31 cas) résidaient dans le département des Landes, 20 dans les Pyrénées-Atlantiques, 10 dans le Lot- et-Garonne, 4 dans les Hautes-Pyrénées, 2 dans le Gers, 1 en Gironde et 1 dans le Rhône (qui avait séjourné et consommé des steaks hachés Chantegril® dans le Lot-et-Garonne) (figure 2).

Trente-huit patients (61%) étaient de sexe masculin ; 57 étaient des enfants âgés de 15 mois à 13 ans et 12 étaient des adultes âgés de 17 ans à 98 ans (figure 2); 17 des 18 cas de SHU étaient des enfants de 2 à 11 ans.

Quarante-six patients ont été hospitalisés : 17 avec un SHU, 22 avec une diarrhée sanglante et 7 avec une diarrhée non sanglantes.
Une infection à E. coli O157:H7 a été confirmée pour tous les cas de SHU, les 25 cas de diarrhée sanglante testés et tous les cas de diarrhée non sanglante.

Tous les patients avaient consommé du steak haché surgelé de la marque Chantegril®,au cours des 7 jours précédant le début de leurs symptômes.


Figure 1 : Distribution des cas de SHU, de diarrhée sanglante et de diarrhée non sanglante à E. coli O157:H7, par date de début des signes, cas groupés d’infection à E. coli O157:H7, France, octobre-novembre 2005


Figure 2 : Département de résidence des cas de SHU, de diarrhée sanglante et de diarrhée non sanglante à E. coli O157:H7, cas groupés d’infections à E. coli O157:H7, France, octobre-novembre 2005.

Aucun cas n’a été rapporté en Espagne ou au Portugal où un nombre très limité de boites de steak haché du lot incriminé avait été distribué.


Enquête alimentaire et vétérinaire et actions conduites

Les 69 patients se répartissaient dans 56 familles. Le numéro de lot des boites de steak haché Chantegril®, consommées par les cas, connu pour 27 familles, était L231 pour 17 d’entre elles, L234 pour 9 familles, L231 et L234 pour une famille.

Les analyses réalisées par l'unité de microbiologie alimentaire et prévisionnelle de l'école nationale vétérinaire de Lyon ont porté sur :
- 60 steaks hachés prélevés par les directions départementales des services vétérinaires chez 11 familles de malades. Les steaks provenaient majoritairement des lots 231 et plus rarement 234. Cinquante steaks (prélevés chez 7 familles) parmi les 60 analysés, ont permis l'isolement de E. coli O157:H7 avec des dénombrements allant de moins de 5 bactéries par gramme à 30 bactéries par gramme.
Les 10 steaks hachés sur les 60 analysés qui n'ont pas permis l'isolement de E. coli O157:H7 provenaient de lots différents de ceux préalablement cités.
-12 steaks hachés prélevés par les directions des services vétérinaires chez le distributeur ou directement chez l'industriel producteur ayant des produits dans son échantillothèque et provenant des lots 231 et 234 se sont révélés contaminés par E. coli O157:H7

La comparaison par electrophorèse en champ pulsé des souches isolées dans les échantillons de selles des malades et dans des échantillons de steaks hachés du lot L231 et L234 a conclu que ces souches n’étaient pas différentiables.

Le plan de maîtrise sanitaire de de l’usine de fabrication a été analysé par la direction départementale des services vétérinaires du Maine-et-Loire. Le plan d’actions de l’entreprise met l’accent sur les étapes clés de la maîtrise du danger E.coli à l’abattoir et dans les ateliers de découpe et de transformation. Grâce à la traçabilité en place, les élevages bovins d’origine du lot 234 contaminé ont été identifiés, et des actions de sensibilisation engagées individuellement ou collectivement pour rappeler les bonnes pratiques d’hygiène en élevage. Au-delà de cette crise, la Direction générale de l’alimentation du ministère de l’agriculture et de la pêche a rappelé à l’ensemble des acteurs de la filière « steak haché », depuis l’élevage jusqu’aux étapes ultimes de la commercialisation, les points essentiels de maîtrise de ce danger microbiologique.

 

Page précédente


Institut de veille sanitaire
Mise en ligne le 19 janvier 2006
Contacts Contactez l'InVS