Communiqué de presse – 10 mai 2004

Estimation de l’importance des infections d’origine alimentaire en France.

 

Une analyse approfondie des données disponibles a permis à l’Institut de veille sanitaire d’estimer à plus de 200 000 [entre 238 836 et 269 085] le nombre moyen annuel de personnes atteintes de maladies d’origine alimentaire en France, au cours des années 1990. Les salmonelloses en sont la première cause (30 598 à 41 139 cas confirmés par an), suivies par les infections à Campylobacter. Ce travail original rendu public aujourd’hui a été réalisé par l’InVS en collaboration avec l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa).

Le nombre de personnes atteintes de ces maladies, de personnes hospitalisées et de personnes décédées a été estimé pour 23 agents infectieux (13 bactéries, 2 virus, 8 parasites). Pour chaque maladie, les résultats sont présentés sous forme d’intervalle avec des estimations basses et hautes qu’ont permises les données disponibles.

Le nombre annuel moyen de personnes hospitalisées pour une infection d’origine alimentaire est estimé entre 10 188 et 17 771. Les salmonelloses sont la première cause de ces hospitalisations (5 691 à 10 202 cas), suivies par les infections à Campylobacter (2 598 à 3 516 cas) et la listériose (304 cas).

Le nombre annuel moyen de personnes décédées au décours d’une infection d’origine alimentaire, est estimé entre 228 et 691. Les infections bactériennes (salmonellose, listériose, infections à Campylobacter) sont responsables de la majorité de ces décès [84%-94%].

Les infections d’origine alimentaire apparaissent fréquentes. Le nombre de décès liés à celles-ci, reste en revanche relativement limité (228 à 691 décès par an). Ces infections et leurs conséquences (consommation médicale, pertes de jour de travail, hospitalisations et décès) sont cependant en grande partie évitables. Cela a bien été démontré par l’efficacité des mesures de prévention et de contrôle qui ont été mises en place au niveau de la production, de la distribution et de la consommation des denrées alimentaires pour Salmonella spp , Listeria monocytogenes et Brucella spp avec une réduction importante du nombre de cas et parallèlement, du nombre de décès liés à ces bactéries.

Les résultats de travaux similaires réalisés aux Etats-Unis et au Royaume-Uni montrent que les infections d’origine alimentaire les plus fréquentes et responsables du plus grand nombre de cas, d’hospitalisations et de décès, sont similaires, en France et dans ces deux pays.

On sait que plus de 200 maladies infectieuses, bactériennes, virales et parasitaires ou toxiques sont transmises par l’alimentation. Il était donc important de réaliser une telle étude, à l’instar de celles menées dans les pays industrialisés (Etats-Unis, Royaume-Uni).

Les résultats présentés aujourd’hui, permettent de préciser la nature et l’importance des pathologies infectieuses liées à l’alimentation en France et d’optimiser les mesures de prévention. L’Afssa s’est notamment appuyée sur ce rapport pour élaborer les objectifs de son récent programme de travail en matière d’évaluation des risques.

Cependant, les estimations présentées dans ce rapport sont basées sur des données qui n’ont pas été collectées dans cet objectif, et comportent une marge d’incertitude plus ou moins importante. Il a cependant été possible, pour la plupart des infections étudiées, de proposer des estimations plausibles et de hiérarchiser leur poids en santé publique.

Cette étude donne donc une photographie, à un moment donné, du poids en santé publique des principales infections d’origine alimentaire. Elle ne renseigne en rien sur leur dynamique et leur évolution. Celles-ci ne peuvent être connues que par des systèmes de surveillance continue qu’il est nécessaire de mettre en place ou d’améliorer au niveau national sur plusieurs de ces agents infectieux.


* Rapport disponible sur le site de l’InVS et sur le site de l’Afssa (http://www.afssa.fr), accompagné d’une grille de lecture. Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d’origine alimentaire en France. Institut de veille sanitaire, mars 2004 (190 pages).


Contacts presse :
- Laetitia G. Benadiba (InVS), tel. 01-41-79-67-08
- Elsa Vidal (InVS), tel. 01-41-79-69-59
- Juliette Chevalier (Afssa), tel. 01-49-77-26-02

 

Page précédente


Institut de veille sanitaire
Mise ŕ jour le 10 mai 2004
Contacts Contactez l'InVS