Fermer



Publications et outils

Publié le 18/01/2012

Travail et santé

Déclaration obligatoire des mésothéliomes

Résultats de la phase pilote et recommandations pour le déploiement

Auteur(s) : Chérié-Challine L, Imbernon E
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-5488
ISBN : 978-2-11-129333-5
ISBN NET : 978-2-11-129306-9
Citation suggérée : Chérié-Challine L, Imbernon E. Déclaration obligatoire des mésothéliomes. Résultats de la phase pilote et recommandations pour le déploiement. Saint-Maurice: Institut de veille sanitaire; 2012. 85 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

La déclaration obligatoire (DO) des mésothéliomes est développée à la demande du ministère chargé de la Santé. Elle est inscrite dans le Plan cancer 2009-2013. Elle vise à répondre à deux objectifs complémentaires de ceux du Programme national de surveillance des mésothéliomes (PNSM) pleuraux dans 23 départements :
1 - le renforcement de la surveillance épidémiologique des mésothéliomes tous sites anatomiques (plèvre, péritoine…) dans toute la France (métropolitaine et ultramarine) ;
2 - l’identification des cas sans exposition professionnelle connue à l’amiante, pour améliorer la connaissance dans trois populations : femmes, moins de 50 ans, mésothéliomes hors plèvre (enquête d’exposition environnementale).
La phase pilote s’est déroulée au 1er semestre 2011 dans six régions (Aquitaine, Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne, Lorraine, Midi-Pyrénées), avec le soutien des sociétés de professionnels, des réseaux régionaux de cancérologie et des équipes PNSM. La DO a été développée avec les Agences régionales de santé et les Cellules interrégionales d’épidémiologie. La participation des médecins déclarants (pathologistes, cliniciens) a été globalement satisfaisante avec toutefois des variations régionales.
Ce rapport présente les résultats de l’expérimentation, les 10 facteurs identifiés et les modalités préconisées pour le déploiement national, validés par le Comité de pilotage et le Haut conseil de santé publique. Il ressort qu’un système purement passif sans animation nationale, ni gestion active régionale a peu de chances d’aboutir. La motivation des acteurs devra être entretenue, avec l’appui des professionnels et des institutionnels, par des retours d’information montrant en quoi ce système présente un intérêt de santé publique et pour les patients. Dans certaines régions, des actions spécifiques seront indispensables pour mettre en place cette DO.

Rapport  [pdf - 2,73 Mo]
Synthèse  [pdf - 202,29 Ko]

Mots-clés :

mésothéliome, déclaration obligatoire, surveillance épidémiologique, France

SUMMARY

Mandatory reporting of mesothelioma

Results of the pilot phase and recommendations for national scale-up

Mandatory reporting of mesothelioma was developed at the request of the Ministry of Health. It is part of the 2009-2013 Cancer Plan, and aims at meeting two complementary objectives to those included in the French National Mesothelioma Surveillance Program (PNSM) in 23 districts:
1 - strengthening epidemiological surveillance of mesothelioma in all anatomical sites (pleura, peritoneum...) throughout France (metropolitan and overseas territories);
2 - identifying cases with no known occupational exposure to asbestos, to improve knowledge in three populations: women, under 50 years, mesothelioma excluding pleura (environmental exposure survey).
The pilot phase was conducted during the first 6 months of 2011 in six 'regions' (Aquitaine, Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne, Lorraine, Midi-Pyrénées), with the support of professional corporations, regional cancer networks and PNSM teams. Mandatory reporting was developed with regional health agencies and interregional epidemiology units. The participation of reporting physicians (pathologists, clinicians) was generally satisfactory, although some regional variations were observed. This report presents the results of the experiment, the ten factors identified, and recommendations for national scale-up, which were approved by the Steering Committee and the High Council of Public Health. A purely passive system without national facilitation or active regional is unlikely to be successful. It will be necessary to keep the actors motivated, with the support of professionals and institutions, and with the feedback showing why this system has an interest both in terms of public health and patients. In some regions, specific actions will be needed to implement mandatory reporting.

Summary report  [pdf - 187,29 Ko]

Haut de page