Fermer



Publications et outils

Publié le 01/02/2016

Maladies infectieuses

Déterminants socio-économiques de vaccination et de dépistage du cancer du col par frottis cervico-utérin (FCU)

Analyse de l’Enquête santé et protection sociale (ESPS), 2012

Auteur(s) : Guthmann JP, Pelat C, Célant N, Parent du Chatelet I, Duport N, et al.
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6956
ISBN NET : 979-10-289-0193-6
Citation suggérée : Guthmann JP, Pelat C, Célant N, Parent du Chatelet I, Duport N, et al. Déterminants socio-économiques de vaccination et de dépistage du cancer du col par frottis cervico-utérin (FCU). Analyse de l’enquête santé et protection sociale (ESPS), 2012. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2016. 48 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Les couvertures vaccinales (CV) du rappel diphtérie, tétanos, poliomyélite (DTP) de l’adulte et de la vaccination contre les infections à papillomavirus humain (HPV) de la jeune fille sont insuffisantes en France. L’Institut de veille sanitaire (InVS) a analysé les données de l’Enquête santé et protection sociale (ESPS) conduite en 2012 afin d’explorer les déterminants socio-économiques de ces vaccinations, ainsi que ceux du dépistage du cancer du col utérin par le frottis cervico-utérin (FCU). L’enquête a porté sur un échantillon aléatoire représentatif des bénéficiaires de l’Assurance maladie. Les informations ont été recueillies par interview téléphonique et autoquestionnaire.
Des régressions de Poisson ont permis d’analyser l’association entre variables explicatives et vaccination/dépistage.
La CV DTP était insuffisante (50 %), et les facteurs associés à cette couverture similaires à ceux obtenus par l’enquête ESPS de 2002.
La CV HPV était globalement très insuffisante (31 % pour 3 doses). La CV du dépistage par FCU était de 72 % sur 3 ans. Les faibles revenus du ménage et l’absence de couverture maladie complémentaire privée étaient associés à une moindre vaccination HPV et à un recours moins fréquent au dépistage. L’absence de dépistage par FCU chez la mère était associée à une moindre vaccination HPV chez la fille.
Les jeunes filles non vaccinées par le HPV appartiennent plutôt aux catégories sociales les plus modestes et ont plus souvent des mères non dépistées. Ces jeunes filles risquent de ne bénéficier d’aucune des 2 mesures de prévention du cancer du col, laissant présager un impact limité du programme de vaccination. Les modalités actuelles de mise en oeuvre de la vaccination HPV risquent ainsi de creuser les inégalités sociales de santé vis-à-vis du cancer du col utérin.

Rapport  [pdf - 723,48 Ko]

Mots-clés :

couverture vaccinale, papillomavirus humain, dépistage du cancer du col, déterminants socio-économiques, France

SUMMARY

Socio-economic determinants of vaccination and cervical cancer screening in France

Analysis of the Health and Protection Survey (ESPS), 2012

Diphteria, tetanus, poliomyelitis (DTP) vaccination coverage (VC) in adults and Human Papilloma Virus (HPV) vaccination coverage in young females are insufficient in France. We analyzed data collected through the Health and Social Protection Survey 2012, a representative survey of the French population (ESPS). The aim was to explore socioeconomic determinants of these vaccinations and that of cervical cancer screening (CCS). Data were collected in a representative sample of health insurance beneficiaries. Data derived from a face-to-face or phone interview. Poisson regression models were used to measure the associations between socioeconomic variables and vaccination or participation in CCS.
DTP VC was insufficient (50%) and socioeconomic factors associated to this VC were similar to that obtained through a similar survey conducted in 2002. HPV VC was 31% for 3 doses. CCS coverage was 72% for the previous 3 years. A low household income and the absence of private insurance were associated with a lower HPV vaccination and a lower CCS prevalence.
The lack of CCS in mothers was associated with a lower HPV vaccination in daughters.
HPV unvaccinated young women tend to be of modest socio-economic background and tend to have mothers who do not participate in CCS. These young women are therefore likely of benefiting from none of the 2 cervical cancer preventive measures. This might lead to a limited impact of the HPV vaccination program. The current level of implementation of the French HPV vaccination strategy could increase inequalities regarding cervical cancer prevention.

Haut de page