Fermer



Publications et outils

Publié le 19/02/2016

Maladies infectieuses

Analyse du public touché lors de la semaine Flash Test 2015

Provence-Alpes-Côte d’Azur Juin 2015

Auteur(s) : Ramalli L, Malfait P
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6956
ISBN NET : 979-10-289-0209-4
Citation suggérée : Ramalli L, Malfait P. Analyse du public touché lors de la semaine Flash Test 2015. Provence-Alpes-Côte d’Azur, juin 2015. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2016. 30 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

En 2015, une semaine de dépistage rapide du VIH (Flash-Test) a été organisée par les Agences régionales de santé (ARS) de Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) et de Corse, ainsi que les Coordinations régionales de lutte contre l’infection due aux virus de l’immunodéficience humaine (CoREVIH) Paca Est et Paca ouest-Corse. Un questionnaire proposé aux personnes dépistées a permis d’analyser le public touché par cette intervention. Une comparaison a été menée entre les résultats de 2015 et 2013.
L’analyse a porté sur 1 072 personnes. Le public était principalement masculin et jeune, 36 % étant nés à l’étranger, chiffres comparables à 2013. En revanche, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) représentaient près de 14 % de la population testée, les usagers de drogues par voie injectable (UDI) 8,4 %, et les personnes transgenres 0,8 %, proportion supérieure à celle de 2013. Les répondants avaient pour 67 % déjà réalisés un test VIH au cours de la vie. Au cours de la semaine, 12 personnes ont découvert leur séropositivité au VIH, soit un taux de 1,2 % (0,2 % en 2013).
S’il est difficile de conclure que cette action constitue une plus-value par rapport au dispositif de dépistage existant, l’intervention Flash Test s’est révélée bien plus efficace qu’en 2013 en termes de public touché et de pourcentage de Trod positifs. La Flash Test 2015 a ainsi mieux ciblé les personnes à risque par rapport à ce qui avait été constaté lors de la campagne 2013 [3]. Ces données sont encourageantes notamment face au contexte d’augmentation des déclarations de VIH parmi les HSH dans les départements des Alpes-Maritimes et des Bouches-du-Rhône.
Cependant, ces résultats ne doivent pas masquer le fait que le recours récent aux tests de dépistage n’a pas progressé entre 2013 et 2015 et qu’il reste insuffisant. Des efforts restent à faire auprès des populations concernées par les recommandations de pratiquer des tests répétés (HSH, multipartenaires, UDI, hommes hétérosexuels avec multipartenaires nés en pays à haute prévalence…).

Rapport  [pdf - 410,21 Ko]

Mots-clés :

VIH, dépistage, test rapide à orientation diagnostique

SUMMARY

Population reached by a HIV rapid testing intervention

Provence-Alpes-Côte d’Azur, France, June 2015

In 2015, a week long HIV rapid testing intervention (Flash Test) was organized by the regional health authorities in the regions of PACA and Corsica, as well as two associations, (Coordinations régionales de lutte contre l’infection due aux virus de l’immunodéficience humaine (CoreVIH) Paca est et Paca ouest-Corse). An individual questionnaire was submitted to the people screened and data were analyzed to describe populations reached by the intervention. The results in 2015 were compared to the results of the 2013 operation.
The analysis included 1,072 individuals. respondents were mainly men and young people, 36% were born in foreign countries, similar to 2013. However, men having sex with men (MSM) accounted for 14%, injected drug users for 8,4% and transgender for 0,8% which each represented higher proportions than in 2013. 67% of the respondents had previously been tested for HIV prior to the intervention. over the week, 12 persons tested HIV-positive (1,2% compared to 0,2% in 2013).
If it is not possible to prove that this intervention adds value to the already existing HIV screening system, the intervention in 2015 was more efficient in reaching at-risk populations and screening HIV-positive individuals than in 2013 [3]. These data are encouraging, especially when considering the increase in the declaration of HIV-positive cases among MSM in the department of Alpes-Maritimes and Bouches-du-rhône.
However, these results should not hide the fact that the proportion of recently screened respondents remains low and did not improve between 2013 and 2015. Further effort is required in outreach to at-risk populations (MSM, injected drug users, heterosexual men with multiple partners born in high HIV prevalence countries…) in order to increase repeated HIV-testing.

Haut de page