Fermer



Publications et outils

Publié le 01/07/2015

Maladies infectieuses

Surveillance des infections du site opératoire, France 2013

Résultats

Auteur(s) : Le Réseau d'alerte, d'investigation et de surveillance des infections nosocomiales (Raisin)
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6956
ISBN NET : 979-10-289-0146-2
Citation suggérée : Surveillance des infections du site opératoire, France 2013. Résultats. Saint-Maurice: Institut de veille sanitaire ; 2015. 116 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

La réduction d’incidence des infections du site opératoire (ISO) est l’un des objectifs du programme national de lutte contre les infections nosocomiales (IN). Depuis 1999, les surveillances interrégionales des ISO sont coordonnées par le Réseau d’alerte, d’investigation et de surveillance des infections nosocomiales (Raisin).
Chaque année, les services de chirurgie volontaires recueillent des informations parmi une liste de spécialités « prioritaires » concernant le patient ou l’intervention dont les composants de l’index de risque NNIS. Tous les patients inclus doivent être suivis jusqu'au trentième jour postopératoire. Les ISO sont définies selon les critères standards usuels.
En 2013, la participation à la surveillance des interventions prioritaires a diminué : 928 services de chirurgie (106 220 interventions). Cependant, le nombre moyen d’interventions surveillées par service a sensiblement augmenté. La répartition des spécialités était : chirurgie viscérale (295 services ; 30,1 %), gynécologie-obstétrique (285 services ; 23,4 %), chirurgie vasculaire (116 services ; 6,9 %), urologie (118 services ; 5,6 %), orthopédie (276 services ; 24,3 %), traumatologie (108 services ; 6,2 %), neurochirurgie (63 services ; 3,5 %). L’incidence variait de 0,53 % pour la chirurgie vasculaire à 2,82 % pour l’urologie (dont 3,96 % pour les prostatectomies). Comme évoqué les années précédentes, le ralentissement de la baisse de l’incidence est confirmé mais on note, en 2013, une augmentation pour la chirurgie mammaire, les hernies de paroi abdominale, les prothèses de hanche (totale et partielle). Ces augmentations ne sont pas toujours confirmées par les analyses multivariées excluant des services « outliers ». Il serait intéressant, par la suite, d’évaluer d’autres facteurs de risque pouvant expliquer les variations d’incidence des ISO.

Rapport  [pdf - 1,78 Mo]

Mots-clés :

réanimation, infection nosocomiale, surveillance, incidence, France

SUMMARY

Surgical site infection Surveillance, France 2013

Results

Surgical Site Infections (SSI) reduction is one of the targets of the national infection control program. Since 1999, regional SSI surveillance data have been aggregated into a national database through the national nosocomial infection alert investigation and surveillance network (RAISIN).
Every year, voluntary surgical wards collect patient and surgery related data from a list of priority procedures, such as the NNIS score. A 30 day post-operative follow-up is required in order to include a patient. SSI are defined according to international standard criteria.
While the mean number of surveyed procedures per ward notably increased, priority procedure participation rates decreased in 2013: 928 surgery wards (106,220 procedures). The specialty distribution was: digestive surgery (295 wards; 30.1%), obstetrics/gynecology (285 wards; 23.4%), vascular surgery (116 wards; 6.9%), urology (118 wards; 5.6%), orthopedic surgery (276 wards; 24.3%), traumatology (108 wards; 6.2%), neurosurgery (63 wards; 3.5%). SSI incidence varied from 0.53% for vascular surgery to 2.82% for urology (3.96% of which for prostatectomies). As indicated in previous years, incidence increases for breast surgery, abdominal wall hernia, hip prosthesis implant (total or hemiarthroplasty), and 2013 confirms a slackening in the pace of incidence decrease. These increases are not always confirmed with multivariable analysis excluding outliers. It would be interesting to assess other risk factors that might explain SSI incidence variations.

Haut de page