Fermer



Publications et outils

Publié le 14/05/2014

Maladies chroniques et traumatismes

Séquelles consécutives aux morsures de chien

Enquête multicentrique, France, septembre 2010 – décembre 2011

Auteur(s) : Pedrono G, Ricard C, Bouilly M, Thélot B
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6964
ISBN : 979-10-289-0015-1
ISBN NET : 979-10-289-0016-8
Citation suggérée : Pedrono G, Ricard C, Bouilly M, Thélot B. Séquelles consécutives aux morsures de chien. Enquête multicentrique, France, septembre 2010 – décembre 2011. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2014. 46 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Les morsures de chien représentent chaque année, en France, plusieurs milliers de recours aux urgences et de nombreuses hospitalisations. Après l’enquête épidémiologique « Gravité » sur 485 morsures de chien aux urgences de huit hôpitaux, du 1er mai 2009 au 30 juin 2010, une enquête « Séquelles » a pu être réalisée auprès de 298 personnes 16 mois après la morsure, entre septembre 2010 et décembre 2011. Il s’agissait d’un recueil d’informations auprès des patients par voie téléphonique ou par courrier, centré sur les séquelles.
Près de la moitié des victimes de morsure (47 %) ont déclaré souffrir de séquelles, le plus souvent esthétiques (neuf fois sur dix).
Il y a eu davantage de séquelles lorsque la morsure était à la tête ou aux membres inférieurs ; les séquelles étaient plus fréquentes chez les femmes, quand le poids du chien mordeur était plus élevé, et quand la gravité initiale de la morsure était plus élevée.
En revanche, l’existence d’un lien entre la victime et le chien, le sexe du chien, le type d’agression, ainsi que l’âge (plus ou moins de 15 ans) étaient sans influence sur la survenue de séquelles. Une personne sur sept déclarait encore avoir des douleurs 16 mois après la morsure, les femmes plus souvent que les hommes.
Il n’a pas été retrouvé de travaux fournissant ce type de résultats dans la littérature. La diffusion de ces résultats auprès des professionnels (vétérinaires) comme auprès du public doit contribuer à sensibiliser les propriétaires de chiens sur le risque de morsure et les moyens pour l’éviter.

Rapport  [pdf - 3,55 Mo]

Mots-clés :

morsures de chien, séquelles, gravité, comportement, épidémiologie, France

SUMMARY

Sequelae due to dog bites

Multicenter survey, France, September 2010 – December 2011

Every year in France, dog bites lead to several thousands of admissions in emergency departments and numerous hospitalizations.
Following the epidemiological study about severity of 485 dog bites carried out in eight hospital emergency departments, between 1 May 2009 and 30 June 2010, a study investigating sequelae 16 months after the bite was conducted among 298 patients, between September 2010 and December 2011. Data collection about patients’ sequelae was made by phone or mail.
Almost half of respondents (47%) reported sequelae, most of them were aesthetic (nine times out of ten). There were more sequelae when the bite was located at the head or inferior limbs; the sequelae were more frequent among women, when the weight of the biting dog was higher, and when the initial severity of the bite was higher. On the other hand, the link between the victim and the dog, the sex of the dog, the type of aggression, as well as age (more or less than 15 years) had no impact on the occurrence of sequelae. One patient out of seven was still having pain 16 months after the bite, women more often than men.
Articles providing this type of results were not found in the literature. Dissemination of these results among professionals (veterinarians) and the general public must contribute to the sensitization of dog owners regarding the risk of bite and the means to avoid it.

Haut de page