Fermer



Publications et outils

Publié le 29/04/2014

Environnement et santé

Les niveaux de radon et leurs déterminants dans les logements de France métropolitaine continentale

Auteur(s) : Paillard JC, Roudier C, Aubert L, Vacquier B
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1958-9719
ISBN : 979-10-289-0000-7
ISBN NET : 979-10-289-0001-4
Citation suggérée : Paillard JC, Roudier C, Aubert L, Vacquier B. Les niveaux de radon et leurs déterminants dans les logements de France métropolitaine continentale. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2014. 24 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Introduction : le radon est un gaz naturel radioactif et classé cancérogène pulmonaire certain chez l’Homme. En France, le radon est la première source d’exposition aux rayonnements ionisants, avant même les expositions médicales. Cette étude a pour objectifs de décrire les niveaux de radon dans les logements et d’étudier les déterminants des niveaux en radon domestique, sur la base d’un échantillon représentatif des logements français. Ce travail est complémentaire à celui réalisé par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) en 2011-2013 à partir des campagnes de mesures de radon dans l’habitat et de la cartographie du potentiel radon géogénique.

Matériels et méthodes : les caractéristiques des logements et les concentrations des polluants intérieurs, dont le radon, ont été recueillies entre 2003 et 2005 pendant la campagne nationale "Logements" menée par l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI), sur un échantillon représentatif des résidences principales en France métropolitaine continentale. Un modèle de régression linéaire généralisé a été utilisé afin de déterminer les facteurs influençant les niveaux de radon mesurés à l’intérieur des logements. L’analyse a été réalisée en tenant compte du plan de sondage et du facteur saisonnier.

Résultats : la moyenne arithmétique de la concentration en radon domestique était de 61 Bq.m-3 [IC 95% : 50 ; 71] et la moyenne géométrique de 37 Bq.m-3 [IC 95% : 33 ; 41]. Les déterminants associés significativement à la concentration intérieure en radon étaient la nature géologique du sol, la présence d’un système de chauffage ou de climatisation, l’étage, la présence d’une cheminée et le matériau de construction du logement. Le modèle de régression a permis d’expliquer 40 % de la variabilité des niveaux de radon observés. Une corrélation significative a été observée entre la concentration intérieure en radon et le débit de dose intérieur de rayonnement gamma (r=0,22).

Conclusion : cette étude a permis de mieux caractériser les déterminants de la concentration en radon à l’intérieur des logements en France. Les déterminants mis en évidence dans cette étude sont en accord avec ceux trouvés dans les autres études publiées récemment.

Rapport  [pdf - 905,78 Ko]

Mots-clés :

radon, air intérieur, déterminant, logement, France

SUMMARY

Indoor radon and influencing factors in dwellings in continental metropolitan France

Introduction: Radon is a natural radioactive gas, classified as a lung carcinogen to humans. Radon constitutes the major contribution of the exposure of the French population to ionizing radiation, before the medical one. This study aims to evaluate the radon levels within French dwellings and their determinants based on a representative sample of the French dwellings. This work is complementary to that carried out by IRSN from measurement campaigns of indoor radon.

Materials and methods: The dwelling characteristics and indoor concentrations of pollutants, including radon, were collected between 2003 and 2005 during the campaign conducted by the “Observatoire de la qualité de l’air intérieur” of a representative sample of principal residences in mainland France. A generalized linear regression model was used to determine the factors affecting radon levels measured inside dwellings. The analysis was performed taking into account the sampling design and seasonal correction factor.

Results: The arithmetic mean of the radon concentration was of 61 Bq.m-3 [95% CI: 50, 71] and the geometric mean of 37 Bq.m-3 [95% CI: 33, 41]. Determinants significantly associated with the indoor radon levels were: the sub soil geology, the presence of a heating or air conditioning system, the floor, the presence of a fireplace and the nature of the building material. The regression model explained 40% of variability in indoor radon levels. A significant correlation was also observed between indoor radon levels and dose rate of gamma radiation (r=0.22).

Conclusion: This study allows a better characterisation of the determinants of indoor radon levels in France. These results are in overall concordance with findings from other studies.

Haut de page