Fermer



Points épidémiologiques

Publié le 02/02/2016

Surveillance épidémiologique en région Alsace. Point au 28 janvier 2016.

02/02/2016

Télécharger Télécharger Acrobat Reader

Point au 28 janvier 2016. (pdf- 547,33 Ko)

Faits marquants

  • Depuis le début de la surveillance en semaine 40, l’activité liée à la grippe et aux syndromes grippaux reste faible mais on note une tendance récente à l’augmentation. En semaine 3, les médecins des services d’urgence du réseau OSCOUR® et des associations SOS Médecins ont posé respectivement 7 et 83 diagnostics. Cette augmentation d’activité touche l’ensemble du territoire.
  • L’activité de la bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans avait atteint un pic en semaine 52 pour les services d’urgence du réseau OSCOUR® et l’association SOS médecins.
    Depuis, l’épidémie est globalement en diminution en Alsace, même si on note des variations hebdomadaires. En semaine 3, les services d’urgence et les médecins des associations SOS Médecins ont posé respectivement 48 et 24 diagnostics de bronchiolite. Parmi les diagnostics posés aux urgences, 29,2% ont nécessité une hospitalisation. Cette pathologie représente 10,9% de l’activité des urgences chez les moins de deux ans.
  • D’après le laboratoire de virologie des HUS, le nombre de virus respiratoires détectés est stable par rapport aux semaines précédentes; avec deux principaux virus retrouvés: le rhino/entérovirus et le virus respiratoire syncytial (VRS).
  • Le nombre de diagnostics hebdomadaires de gastro-entérites et diarrhées est globalement stable par rapport aux semaines précédentes pour les services d’urgence du réseau OSCOUR® : 122 diagnostics ont été posés. L’activité semble en revanche à la hausse chez les médecins des associations SOS médecins, avec 338 diagnostics en semaine 3. Cette activité est proche de celle observée durant les années précédentes à la même période.
  • Le rotavirus est le virus entérique le plus fréquemment identifié par le laboratoire de virologie des HUS en semaine 2.
  • Au cours de la semaine 3, on ne dénombre pas d'épisode d'intoxication par le monoxyde de carbone (suspectée ou avérée) en Alsace.
Consulter tous les numéros Haut de page