Fermer



Points épidémiologiques

Publié le 05/02/2016

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 4 février 2016.

05/02/2016

Télécharger Télécharger Acrobat Reader

Point au 4 février 2016. (pdf- 1,36 Mo)

A la Une

Virus Zika : une urgence de santé publique
Une épidémie à virus Zika s’étend dans plusieurs pays d’Amérique du Sud et Centrale ainsi que dans les Départements français d’Amérique (Martinique, Guadeloupe, Guyane). Cette épidémie a débuté au Brésil en mai 2015. Cette liste qui continue à s’allonger est actualisée toutes les semaines sur les sites de la Pan American Health Organization (PAHO) et de l’European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC).
Le virus Zika est historiquement connu depuis les années 50 pour causer des infections bénignes, éruption cutanée à type d’exanthèmes maculo-papuleux, souvent accompagnée d’une hyperhémie conjonctivale ainsi que d’arthralgies et de myalgies, peu ou pas fébrile (80 % des infections sont asymptomatiques) et d’évolution spontanément favorable. Cependant, deux types de complications sévères ont été décrits, très probablement en lien avec l’infection. Il s’agit d’atteintes neurologiques notamment à type de syndromes de Guillain Barré (SGB) et de microcéphalies et anomalies du développement cérébral intra-utérin (Cf. PE du 17/12/15).
En France métropolitaine, le moustique Aedes albopictus (vecteur du chikungunya, de la dengue et potentiellement du Zika) est actuellement implanté dans 30 départements (carte disponible sur le site l’InVS). En période d’activité du moustique (mai à novembre), il existe un risque de transmission autochtone dans ces départements. En dehors de cette période d’activité, le risque de transmission est quasi nul.
Dès l’été 2015, suite à la notification de cas au Brésil, le HCSP a élaboré des recommandations de surveillance et de prise en charge des personnes atteintes par le virus Zika. Ces recommandations ont été réactualisées dans un avis du 20 janvier 2016.
Au vu du risque de complications neurologiques et de conséquences pour les foetus et nouveau-nés, une surveillance des cas de Zika va être mise en place très prochainement dans tous les départements de métropole. Cette surveillance aura notamment pour objectif d’identifier et documenter les cas de femmes enceintes infectées et de formes graves (cas hospitalisés).

Consulter tous les numéros Haut de page