Fermer



Points épidémiologiques

Publié le 26/02/2016

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 25 février 2016.

26/02/2016

Télécharger Télécharger Acrobat Reader

Point au 25 février 2016. (pdf- 1,40 Mo)

A la Une

Infection par le virus Zika : risque de transmission par voie sexuelle
Le Haut conseil de santé publique (HCSP) a rendu publique le 8 février un avis sur le risque de transmission par voie sexuelle du virus Zika (1).
Prenant en compte les dernières données scientifiques disponibles, il a estimé que la transmission sexuelle du virus Zika était probable même si ces données sont, à ce jour, trop peu nombreuses pour évaluer son importance dans la transmission du Zika. Celle-ci est probablement négligeable par rapport à la transmission vectorielle. Mais du fait des recommandations de protection antivectorielle émises, ce mode de transmission doit être pris aussi en considération dans les zones d’endémie. Il doit être également envisagé comme un mode de transmission potentielle en dehors des zones d’endémie.
Dans l’attente de nouvelles données, le HCSP émet des recommandations, dans le présent avis, qui doivent être considérées comme des recommandations de précaution.
Elles viennent en complément de celles émises dans les avis du 28 juillet 2015 et du 5 janvier 2016, notamment sur les aspects relatifs à la transmission sexuelle du virus et des moyens de prévention qui s’y rattachent.
L’objectif majeur des recommandations est de prévenir la survenue d’embryofoetopathies suite à une infection de la mère, par le virus Zika, contractée pendant la grossesse.
Ces recommandations seront actualisées en fonction de l’évolution des connaissances.

Consulter tous les numéros Haut de page