Fermer



BEH - Bulletin épidémiologique hebdomadaire

Publié le 18/09/2012

BEH n°34/2012

18/09/2012

Télécharger Télécharger Acrobat Reader

Le numéro (pdf- 170,11 Ko)

 
  •  

    Benoît Salanave (benoit.salanave@univ-paris13.fr) et al.
    Unité de surveillance et d’épidémiologie nutritionnelle (Usen), Institut de veille sanitaire, Université Paris 13, Bobigny, France

    Objectifs – À partir des données de l’étude Épifane portant sur l’alimentation des enfants au cours de leur première année de vie, sont présentés ici les taux d’allaitement maternel à la maternité et à 1 mois, et décrites leurs évolutions selon les caractéristiques des mères.
    Méthodes – L’étude porte sur un échantillon aléatoire de nourrissons nés entre le 16 janvier et le 5 avril 2012 dans 136 maternités tirées au sort sur tout le territoire de France métropolitaine. Les données sur l’alimentation lactée ont été recueillies à la maternité par auto-questionnaire et à 1 mois par interview téléphonique.
    Résultats – Plus des deux-tiers des nourrissons (69%) recevaient du lait maternel à la maternité (60% de façon exclusive, 9% en association avec des formules lactées). Dès l’âge de 1 mois, ils n’étaient plus que la moitié (54%) à être allaités, et seulement 35% de façon exclusive. Les taux d’allaitement maternel variaient selon l’âge, le statut marital, le niveau d’études, le lieu de naissance, l’indice de masse corporelle et le tabagisme pendant la grossesse. De plus, la participation à des séances de préparation à l’accouchement, un contact peau à peau suivant la naissance et une perception positive de l’allaitement maternel par le conjoint étaient des facteurs favorisant sa pratique à la maternité et à 1 mois.
    Conclusion – Les actions pour la promotion de l’allaitement maternel devraient particulièrement s’intéresser à la diminution rapide de l’allaitement maternel exclusif, mesurable dès la première semaine, et concerner particulièrement les jeunes mères et celles de faible niveau d’éducation. Les facteurs identifiés ici et qui sont modifiables fournissent des pistes d’intervention à évaluer.

    Mots-clés : Allaitement maternel, cohorte, facteurs sociaux, préparation pour nourrissons, nourrisson, nutrition
 
  •  

    Benoît Salanave (benoit.salanave@univ-paris13.fr) et al.
    Unité de surveillance et d’épidémiologie nutritionnelle (Usen), Institut de veille sanitaire, Université Paris 13, Bobigny, France

    Objectives – Using data from the French survey EPIFANE on feeding practices of infants during their first year of life, our objectives were to describe breastfeeding rates at birth and at 1 month, and their trends across mothers’ characteristics.
    Methods – The EPIFANE survey was based on a 2-stage stratified random sample of infants born between 16 January and 5 April 2012 in 136 maternity wards in mainland France. Milk feeding data were collected during the maternity stay using a self-completed questionnaire, and at one month by phone interview.
    Results – More than two thirds of the infants (69%) were breastfed in maternity units (60% exclusively, 9% partially). At 1 month, over half of them (54%) were breastfed and only 35% exclusively. Breastfeeding rates varied according to the mother‘s age, marital status, education, birthplace, body mass index and smoking status during pregnancy. Moreover, attending delivery preparation courses, early skin-to-skin contact and partner positive perception of breastfeeding were positively associated with breastfeeding in maternity units and at one month.
    Conclusion – Actions to promote breastfeeding should be particularly focused on the rapidly decreasing rates of breastfeeding as early as the first week after delivery. They should specifically target young mothers and those with a low educational level. Modifiable factors as identified here provide intervention perspective for further evaluation.

    Key words : Breastfeeding, cohort, social characteristics, infant formula, newborns, nutrition
Consulter tous les numéros Haut de page