Fermer



Santé mentale

Publié le 10/03/2014 - Dernière mise à jour le 02/02/2016

  • ­© Laura Brondel - Marjolaine Rouzeau
  • © Frédéric Mercier - Vincent Galtier
  • © Djohr Guedra - Sandra-Vanessa Liégeois
  • © Stéphanie Lucas - Marie Monbrun

Les activités de veille et de surveillance de la santé mentale sont mises en œuvre à l’InVS selon trois grands axes : surveillance en population générale, surveillance de la population des travailleurs et surveillance spécifique lors de catastrophes naturelles ou industrielles. Elles portent essentiellement sur les troubles dépressifs et anxieux, les suicides et les tentatives de suicides et, chez les enfants, sur les troubles envahissants du développement (TED).
Les trois départements scientifiques de l’InVS collaborant à leur mise en œuvre sont : le département des maladies chroniques et des traumatismes (DMCT), qui coordonne la surveillance menée en population générale ; le département santé travail (DST), qui développe le programme de surveillance de la santé mentale en lien avec l’activité professionnelle ; et le département santé environnement (DSE), qui travaille sur l’impact sanitaire des catastrophes environnementales.
Pour assurer cette surveillance, l’InVS s’appuie sur des données existantes (enquêtes épidémiologiques nationales auprès de l’ensemble de la population ou de populations spécifiques, analyse de données médico-administratives…) ou recueille lui-même des données en tant que de besoin. Par ailleurs, l’InVS met en place des dispositifs spécifiques sur les liens entre santé mentale et travail.
L'objectif de ce dossier thématique est de présenter l’ensemble des dispositifs de surveillance de la santé mentale dans la population générale et dans le milieu du travail, et de présenter les résultats et connaissances acquises dans le domaine.

'Les visuels qui illustrent ce dossier thématique ont été créés dans le cadre d’un projet thérapeutique au sein du service d’hospitalisation psychiatrique de l’Hôpital Tenon (AP-HP), sous la coordination du Pr Louis Jehel (psychiatre) et de Pierre-Jérôme Jehel (photographe, professeur à Gobelins). Ce projet, réalisé dans un groupe de travail mixte de professionnel de santé et des étudiants de l’Ecole de l’image (Gobelins), a donné lieu à une cinquantaine ‘d’objets psycho-visuels’ (OPV) qui ont été intégrés dans le travail de soins de l’équipe médicale du service'. En savoir plus : http://a-m-e-r.com/mots-regards/opv.  

Sommaire du dossier

Haut de page