Fermer



Chikungunya

Publié le 15/05/2011 - Dernière mise à jour le 25/07/2014

Actualités

CHIKUNGUNYA - Une épidémie dans les départements français d’Amérique (Antilles et Guyane) qui augmente le risque de transmission de chikungunya en France métropolitaine : l’InVS veille

La dengue et le chikungunya sont deux arboviroses classiquement tropicales, transmises par les moustiques du genre Aedes, notamment Aedes aegypti et Aedes albopictus. Aedes albopictus est présent en Europe. Identifié pour la première fois en France métropolitaine en 2004 dans les Alpes-Maritimes, Aedes albopictus est actuellement installé dans 18 départements du sud de la France.

En novembre 2013, les premiers cas de chikungunya autochtones étaient confirmés dans la partie française de Saint-Martin dans les Antilles ; le virus a alors rapidement diffusé dans les îles des Caraïbes. Localement, la Cellule de l’InVS en région Antilles-Guyane assure la surveillance au jour le jour et publie régulièrement des données actualisées. En juillet 2014, plus de 80 000 cas sont comptabilisés dans les départements français d’Amérique (DFA) - Martinique, Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Guyane française. 

Parallèlement à cette situation épidémique et en raison des échanges importants entre les Antilles et la France métropolitaine, le risque de transmission de chikungunya en France métropolitaine est particulièrement élevé dans les 18 départements colonisés par le moustique Aedes albopictus

Le plan antidissémination du chikungunya et de la dengue en métropole du ministère de la Santé de 2006 inclut une surveillance entomologique et une surveillance épidémiologique de chikungunya et de dengue assurée par l’InVS.

La surveillance dans les départements où le vecteur est installé est assurée par le département des maladies infectieuses (DMI) et par le département de coordination des alertes et des régions (Dcar) via les six Cellules de l’InVS en région (Cire) de cette zone géographique (Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse, Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes, Aquitaine, Midi-Pyrénées).

Le nombre de cas de chikungunya importés en France métropolitaine ne cesse d’augmenter, la grande majorité étant importés des DFA. A ce jour, aucun cas autochtone n’a été confirmé en France métropolitaine.

Ces données sont actualisées chaque semaine.

Le défi à relever est d'éviter l'instauration d'un cycle de transmission autochtone en France métropolitaine et, au-delà, dans d'autres zones en Europe où des vecteurs compétents sont également présents.

Parallèlement, la veille internationale permet de savoir quels sont les autres pays impactés par le chikungunya. Les cartes de la situation du Chikungunya dans le monde sont actualisées régulièrement.

Dossier Chikungunya

Haut de page