Fermer



Oreillons

Publié le 10/06/2013

Les oreillons sont dus à un paramyxovirus, virus à ARN de la famille des Paramyxoviridae. Le réservoir est strictement humain. La maladie est le plus souvent bénigne, mais elle peut s’accompagner de complications, dont certaines peuvent nécessiter une hospitalisation.

Avant l’introduction du vaccin en France, on évaluait à plusieurs centaines de milliers le nombre de cas annuels d’oreillons. Depuis l’introduction du vaccin dans le calendrier vaccinal du nourrisson en 1986, l’incidence qui était estimée en 1986 à 859 cas pour 100 000 habitants a chuté très rapidement. En 2011, elle était estimée à 9 pour 100 000 soit 100 fois moins.

Les oreillons sont surveillés par le réseau Sentinelles depuis 1986, réseau animé par l’Institut national de santé et de la recherche médicale (Inserm U707). Chaque semaine, le réseau rapporte dans son bulletin hebdomadaire une estimation du nombre de cas d’oreillons qui ont consulté dans la métropole.

Haut de page